A LA UNE

LES ARTICLES

Lettre envoyée à Madame Macron - Juin 2017

Nous avons envoyé cette lettre à Mme Macron et nous cherchons des co-signataires.

Merci aux structures et aux professionnels qui le désirent de nous contacter afin que, si rendez-vous il y a, nous puissions y aller en délégation avec les jeunes et vos signatures.

 

Association ASMIE – Solidarité avec les Mineurs Isolés Etrangers
72 rue Vieille du Temple
75003 Paris
Tel: 0623861926
https://asmieblog.wordpress.com/
mail: nsenikies@yahoo.fr

A l’attention de Madame Brigitte Macron,
Première Dame de France.

Madame,

Sur les conseils de Madame Monique Boury, rencontrée à la Maison des Associations du 3ème arrondissement de Paris où notre association à une salle à disposition deux fois par semaine, je me permets de vous envoyer cette lettre.

Pour Divine, jeune mineure Congolaise, disparue à 16 ans dans les rues de Paris juste après avoir été rejetée par l’Aide Sociale à l’Enfance alors qu’elle avait réussi à fuir un réseau de prostitution.

Pour Thierno, 16 ans, trop fatigué par la rue, disparu depuis trois semaines.

Pour Youssouf, 17 ans et ses yeux qui en disent beaucoup plus que n’importe quel discours… quatre mois de rue à attendre un rendez-vous pour une évaluation sans être mis à l’hôtel – faute de place soit disant!, hospitalisé suite à cette mise à la rue, ayant connu sur le trajet migratoire l’emprisonnement en Lybie et la torture, ayant vu son frère mourir près de lui et n’arrivant plus à dormir depuis, en attente alors même qu’il est détenteur d’un passeport…

Pour Habib, toujours souriant, rejeté lui aussi, nié et traité de menteur alors même que nous avons retrouvé des images de lui sur un bateau de sauvetage de MSF en Méditerranée
.
Pour Ousmane, 14 ans et demi, à qui on refuse toujours l’école malgré sa prise en charge récente, après des mois perdus à attendre une explication et un foyer, traîné de chambres d’hôtels sordides avec pour tout repas un sandwich en chambres d’hôtel où il était le seul mineur, abandonné, sans éducateur.

Pour Lassina qui a perdu le sommeil et la foi à tout juste 16 ans, à qui le DEMIE à dit qu’il mentait et avait dû venir en avion en France alors même que nous avons envoyé une photo de lui au cabinet de Mme Versini le montrant sur le bateau de sauvetage Italien qui lui a sauvé la vie.

Pour Momo, 16 ans, qui dort entre la place de la République et le bois de Vincennes, dans une tente qu’on lui a donné. Dans la tente, pour éviter les viols, il faut dormir à tour de rôle et trouver quelqu’un de confiance.
Plus personne ne veut de tente…et nous sommes à Paris, en France…
Pour Fatou, 15 ans, violée sur le trajet alors qu’elle fuyait un mariage forcé en Côte d’Ivoire, qui attend toujours la réponse du DEMIE et qui risque d’un jour à l’autre, sans explications et en général à 20h et sans manger, de se retrouver à la rue.

Pour Baba, 17 ans, qu’un juge fait attendre depuis plus de 10 mois, l’empêchant ainsi de continuer ses études alors qu’il a son certificat d’études en poche et un passeport et qui le laisse à la rue en attendant on ne sait quoi. Baba, qui pleure encore en nous racontant son trajet sur ce bateau pneumatique, au milieu des morts et du vomi.

Pour Ibrahima, 16 ans, à la rue avec un bras cassé, puis pris en charge par l’ASE qui n’a même pas envoyé un éducateur à son chevet alors qu’il devait se faire opérer suite à des complications et pour qui les infirmières de l’hôpital se sont battues pour que quelqu’un vienne au moins le chercher et signe ses papiers…
Ibrahima, qui en plein hiver avait ensuite trois broches dans le bras, ne pouvant s’habiller et qui était seul à l’hôtel, en débardeur, sans rien à manger.
Ibrahima, qui suite à une longue bataille en plus de ses problèmes de santé et psychologiques (c’est écrit dans le refus ASE…), s’est vu contraint de passer des tests osseux qui se sont avérés mauvais pour lui, et qui aujourd’hui se retrouve à grossir les rangs des mineurs scolarisés mais à la rue.
Malgré tout, Ibrahima reste un des premiers de sa classe…

Pour Mamadou, qui alors qu’il avait raconté son parcours à la Croix-Rouge (DEMIE) lors de son évaluation, s’est vu remettre une lettre de refus dans laquelle l’histoire écrite n’avait rien à voir avec ce qu’il avait raconté.

Pour Sambry, qui a croupi une année entière dans le fin fond du Val de Marne, sans jamais voir d’éducateur, attendant une scolarisation qui n’est jamais arrivée, se voyant aujourd’hui majeur sans papiers et sans formation aucune, à la rue.

Pour Djeneba, 15 ans, qui a fui du jour au lendemain son pays alors que son père avait décidé de lui faire épouser un « ami » de 65 ans, alors qu’elle allait à l’école, était brillante et a dû laisser sa petite sœur de 14 ans à qui on réserve le même sort. Mise à la rue par le DEMIE, c’est un homme sans domicile qui l’a protégée et nourrie. Grâce à Rémi, 40 ans, vivant dans le métro à Gare du Nord, cette enfant a été épargnée par le viol et les trafics qui l’auraient happée sans aucun doute.

Pour Raphaël, qui après avoir effectué son parcours migratoire avec les réfugiés Syriens, atteint de tuberculose sévère, hospitalisé 6 mois en France alors qu’il était à la rue dans notre belle capitale, a mis un an pour avoir la chance de voir un juge, refusé par le DEMIE et attend aujourd’hui, à 17 ans avec l’espoir d’aller à l’école et la peur de ne pas trouver de place avant sa majorité, attend toujours de rencontrer un éducateur…

Pour Aziz, Haruna, Marthe, Nansy, Junior, Moussa, Banaré , et tous ceux dont le temps est suspendu aux résultats des tests osseux qu’on leur a imposés, alors même que ces tests sont décriés par des médecins et jugés indignes et non fiables.

Pour Hadja, 16 ans, que ses yeux font souffrir et qui a enfin obtenu un rendez-vous médical dans 2 mois alors que depuis son arrivée elle ne voit pratiquement rien, souffre en silence et a des yeux gonflés comme des balles de ping-pong.

Pour Mohamed, Aboubacar, Karim, Mawa, Abdoulaye, Alassane, Babacar, Bakary, Basery, Yves-Cédric, Daniel, Facely, Fawad, Fodié, Franck, Franckz,Gouné, Hadi, Hossein, Ibrahim, Issouf, Youssouf, Joël, Shaba, Kourouma, Lassiné, Madiou, Malik, Modou, Lamine, Moty,Oumar, Prince, Souleimane, Tidiane, et tous les autres , enfants bien réels, et tous ceux que nous rencontrerons demain.

Pour tous ces jeunes, nous vous envoyons cette lettre, accompagnée de questions auxquelles nous espérons avoir des réponses de votre part :

✓ Que fait-on de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant ?
✓ Quel futur, pour tous ces jeunes qui ne demandent qu’à aller à l’école, celle de la République, gratuite et laïque, alors même qu’aujourd’hui l’ASE propose à certains des jeunes pris en charge les cours non diplômants donné par APRELIS, qui, en plus de ne les mener nulle part coûtent cher à la collectivité…?
✓ Laisserons-nous les réseaux et trafics en tous genres les happer, en fermant les yeux, faisant d’eux de futurs esclaves sans papiers, corvéables à merci et sans aucuns droits à part celui de survivre ?
✓ Ne tiendrons-nous donc jamais compte de la souffrance psychologique et de la violence permanente dont ces jeunes sont victimes et à laquelle l’Etat Français participe en leur refusant tous droits ?
✓ Quels adultes allons-nous créer ?
✓ Quel futur ?
✓ Sans soutien psychologique ni intégration, sans éducation ni protection, comment ces jeunes vont-ils évoluer et se construire ?
✓ Que deviendront les enfants de ces enfants ?
✓ Allons-nous oublier la France-Terre-d‘Accueil, des Droits de l’Homme, de la diversité culturelle, intellectuelle et ethnique qui a fait de nous tous ce que nous sommes aujourd’hui ?
✓ Ce pays n’est-il pas capable d’intégrer et laisser grandir en son sein 3 ou 4 mille jeunes sur tout le territoire, alors même que sa population est vieillissante et que certains corps de métiers manquent de main d’œuvre ?
✓ Où est la Dignité ?

Afin de pouvoir en discuter avec vous, nous souhaiterions obtenir de votre part un rendez-vous avec une délégation de jeunes de l’association.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, veuillez recevoir, Madame, nos salutations les meilleures.

Nathalie Senikies pour l’ASMIE

SUIVEZ-NOUS :

FAITES UN DON 🙂

HelloAsso

COMMANDEZ

NOTRE CD

Bandcamp