L'ASMIE : L'association

Association de Solidarité avec les Mineurs Isolés Etrangers

QUI SOMMES NOUS ?

A l’heure où il est de bon ton de verser une larme sur le drame humains des exilés risquant leur vie pour fuir la guerre, la misère, la faim ou tout simplement pour avoir un avenir possible, on ferme encore trop les yeux sur ces mineurs isolés étrangers, qui sont déjà au cœur de nos villes et n’ont souvent nul toit où dormir.

Qui sont ces jeunes mineurs isolés, sans famille ?

Ce sont des adolescents qui ont fui au péril de leur vie, pensant trouver l’Eldorado dans une Europe
malade. Des jeunes qui partent parce que c’est « marche ou crève ». des mineurs qui ont traversé le pire pour aller là où la vie leur semble possible, là où pourrait exister un avenir, une terre d’asile. A l’arrivée, Ce sont des ados qui doivent malheureusement faire la preuve de leur minorité et ni leur témoignage ni les quelques papiers d’identité amenés dans leur bagage ne suffisent.

L'ASMIE : Association de Solidarité avec les Mineurs Isolés Etrangers

Nous avons fondé L’ASMIE tout d’abord pour travailler à la création d’un centre d’hébergement cogéré. Nous étions alors un groupe d’adultes professionnels ( travailleurs sociaux, artistes, profs, etc.). Ce projet n’ayant pu voir le jour, L’ASMIE, association de solidarité avec les mineurs isoles étrangers, a mis en place, autour des envies et besoins des jeunes, différentes activités, différents cours et ateliers quotidiens afin de soutenir au mieux ces jeunes adolescents dans leurs besoins, leurs attentes et leur parcours. Les statuts de l’association ont changés et les jeunes ont pris les commandes eux aussi. Ils occupent des postes au sein de l’association, votent tous les projets, proposent des idées, réalisent et s’expriment en public, bref, se prennent en main pour apprendre et expliquer leur situation au plus grand nombre.

L’ASMIE organise des ateliers, cours , sorties culturelles tous les jours pour et avec ces adolescents en attente de pouvoir justifier leur minorité devant un juge à la rue, ou pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance mais laissés seuls en chambre d’hôtel sans école ni formation. En effet, encore aujourd’hui plus de 80% de mineurs étrangers vivent dans la rue, dans l’attente d’être reconnu comme tels. L’attente peut durer presqu’une année… Ces jeunes même lorsque prise en charge il y a, sont dans un état de stress énorme, trop souvent sans argent régulier pour manger, se vêtir, sans accès aux soins, … Ils ont entre 14 et 18 ans.

Quant on est adolescent à l’ASMIE, on apprend l’autonomie en connaissant nos droits, on apprend l’esprit de groupe et l’entraide qui nous rendent plus forts, on a développé tout un réseau qui agit avec nous en fonction de nos besoins et on développe des liens à travers toute la France.

Depuis 2016, tous les jours de la semaine, nous sommes accueillis dans trois lieux parisiens pour cuisiner avec des invendus alimentaires, faire de l’informatique , apprendre le montage vidéo en réalisant des petits films ( pour notre chaîne Youtube), du théâtre, de l’art plastique, de la photo, du français , des maths , des ateliers d’écriture, de l’anglais, de la musique , du dessin , de la photo, mener des interviews…

Tous nos projets sont écrits par et pour les jeunes et sont montés par eux du début à la fin et nos partenariats visent toujours à finaliser une idée venant des jeunes et qui permet de parler d’eux à travers différents médiums artistiques. En groupe d’une vingtaine de jeunes qui tournent dès qu’ils ont un avenir professionnel enclenché, nous avançons à notre rythme.

Ces petits groupes de jeunes font la force de l’ASMIE: on se connaît vraiment , on se fait confiance, on tisse des liens forts et on se soutien. Ces groupes se font naturellement et se renouvellent au fur et à mesure, les anciens aidant les nouveaux à comprendre le fonctionnement de l’association, les scolarisés nous rejoignant les week-ends ou vacances scolaires, ceux qui travaillent viennent aux concerts… Il n’y a pas d’obligation, pas de chantage, les jeunes qui restent à l’ASMIE le font parce qu’ils en ont envie et en sont fiers. Plus de 500 jeunes sont passés par l’ASMIE, qui reste une famille pour nous tous. On s’appelle, on se voit, les jeunes en province invitent les parisiens à venir les voir, ceux pris en charge aident et soutiennent les jeunes encore à la rue, on se repasse les bons plans, etc. Tous nos ateliers et cours sont donnés par des professionnels formés et bénévoles.

Après deux ans de travail acharné nous avons enregistré nos textes, rencontré un beatmaker et avons réalisé un CD (en vente sur la plateforme Bandcamp : asmie.bandcamp.com ) , on fait nos propres concerts ( pleins de nouvelles dates depuis mai 2019, on en est à 11 concerts et la liste continue), plus de 90 jeunes ont participé à l’aventure, qui continue: de nouveaux textes collectifs sont en cours d’écriture et surtout un nouvel atelier nous apprend à faire nous même les boucles musicales en vue du tome 2 … des partenaires et structures nous invitent et nous aident à réaliser nos productions tout au long de l’année, et nous permettent aussi de voir des spectacles, des concerts, du cirque, à participer à d’autres ateliers, à faire du sport, de la sérigraphie, à voir de l’Opéra, à danser, etc. Des professionnels viennent à notre rencontre, se laissent interviewer pour notre chaîne youtube ( ASMIE TV) ou Instagram ( association_asmie), nous soutiennent, nous écoutent, nous proposent d’autres liens, d’autres lieux…

l’ASMIE c’est toute cette entraide aussi d’autres encore nous organisent des soirées de soutien, parlent de nous, nous invitent à des émissions de radios, nous laissent écrire dans la presse… Depuis notre création nous sommes également au champ social de nombreuses structures, ce qui nous permet des visites et sorties régulières.

L’ASMIE, c’est aussi savoir se battre pour ses droits. On manifeste, on passe dans les classes, à la fac, etc… On écrit des tracts, on se greffe à d’autres structures pour faire valoir nos droits, on rencontre des politiques, on parle à la radio, on écrit dans des revues spécialisées (ANAS, etc.), on prend nos responsabilités. Nous sommes en ce moment par exemple, vraiment choqués de voir que certaines préfectures mettent un terme à cet avenir durement arraché en interdisant aux jeunes d’avoir accès à des rendez-vous pour avoir des autorisations de travail ou des titres de séjour dès leur majorité et travaillons sur le sujet accompagnés par de plus grosses structures. Nous sommes en lien avec des avocats pour aider les jeunes qui travaillent et sont en contrat d’apprentissage s’ils ont des problèmes avec leurs patrons, soutenons les jeunes majeurs et les orientons vers des structures adéquates, etc. Nous avons créé –avec l’aide du Studio 13/16 du centre Pompidou, une chaîne Youtube : ASMIE TV, sur laquelle les jeunes filment et montent des interviews, des clips vidéos autour des chansons de l’ASMIE, etc… une page Facebook ASMIE Association , un compte Instagram association_asmie . Il y a aussi le blog sur lequel vous vous trouvez, qui à fait peau neuve grâce à Marine & Olga 😉

Tous nos projets visent à s’exprimer et apprendre le vivre-ensemble, à savoir aussi gérer l’association,à retrouver confiance en soi, à apprendre à être en groupe tout en étant autonome, à être solidaires, connaître et savoir interpréter les codes de la société française et pouvoir parler et échanger avec un large public des différents problèmes auxquels ces jeunes se heurtent — alors même qu’ils dépendent de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, mais aussi échanger sur la culture de l’Autre pour mieux se comprendre et créer le futur, ensemble.

SUIVEZ-NOUS :

FAITES UN DON 🙂

HelloAsso

COMMANDEZ

NOTRE CD

Bandcamp